Revue de presse

Tizi Ouzou, fin de calvaire pour la population

Cette annonce faite par le ministère de l’Intérieur n’a pas manqué de soulager la population de la wilaya de Tizi Ouzou qui a vécu un calvaire qui n’a que trop duré. “Je ne peux que me réjouir de la fin de cette époque où se faire délivrer son acte de naissance n°12 était devenu, pour le citoyen de Tizi Ouzou, un luxe et même un événement qui s’arrose”, dit, souriant, un jeune devant les guichets de l’état civil de la mairie de Tizi Ouzou, où les bousculades d’autrefois, générées par la très forte concentration de demandes de l’acte de naissance n°12, ne semblent être plus qu’un mauvais souvenir.

Désormais, ce document se fait délivrer dans les 67 communes de la wilaya. “Depuis ce début de semaine, n’importe quel citoyen peut se faire délivrer, en un clic, son acte de naissance n°12 auprès de l’état civil de notre commune, qui est informatisé et qui est donc relié au fichier national d’état civil. C’est une très bonne chose pour le citoyen qui n’a plus à subir le calvaire dont il souffrait jusque-là”, nous dira Khelifa Cheyoukh, maire d’Irdjen.

Comme lui, ce sont tous les maires de la wilaya qui se réjouissent de cette fin de calvaire à Tizi Ouzou où, selon les autorités de la wilaya, tous les services d’état civil sont informatisés.

Le grand soulagement est surtout perceptible à la mairie de Tizi Ouzou, où se faire délivrer ce document d’état civil relevait jusqu’à un passé récent d’un véritable parcours du combattant. Ce n’est que depuis l’informatisation du service de l’état civil, l’année dernière, que l’inqualifiable anarchie, qui a régné en maîtresse longtemps avant, a pu être quelque peu maîtrisée.

En effet, de 200 actes de naissance n°12 délivrés manuellement par jour, le nombre est passé à 4 000 après l’informatisation. Une pression était restée, toutefois, perceptible sur l’état civil de cette plus importante mairie de la wilaya. Dans cette dernière, où il relevait longtemps du domaine de l’exception de ne pas naître à la clinique Sbihi, avec comme première conséquence d’être inscrit inévitablement sur le registre des naissances de cette même commune, il fallait donc continuer, malgré l’informatisation, à se lever très tôt et consacrer plusieurs heures de la journée pour obtenir son acte de naissance n°12. Devant les guichets d’état civil de la mairie de Tizi Ouzou, on trouvait des citoyens des 21 daïras et des 67 communes de la wilaya.

Durant les années de grande anarchie, la délivrance de ce document, qui était devenu un véritable “sésame”, exigé pour tout dossier, avait même donné lieu à une activité commerciale clandestine qui n’a pas tardé à tourner au scandale après l’arrestation de plusieurs employés qui monnayaient sa délivrance. Aujourd’hui, “il est loisible à tout citoyen de retirer son acte de naissance auprès de sa commune de résidence ou de toute autre commune du territoire national sans avoir à se déplacer vers la commune de son lieu de naissance”, a précisé le ministère dans son communiqué.

Ce qui soulage même les résidents non natifs de cette wilaya. À Tizi Ouzou, les citoyens ne cachent pas leur satisfaction de ce que la plupart qualifient de “démocratisation de l’acte de naissance n°12 dans les APC au moment où, sous d’autres cieux, l’extrait de naissance est délivré même par mail”, mais se disent outrés par la durée de plus de deux mois pour la délivrance du passeport biométrique.
Au sujet du passeport justement, plusieurs chefs de daïra ont confirmé qu’aucune instruction n’est reçue concernant la révision de la validité du passeport à 10 ans.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page